Chaîne humaine pour les services publics en Maurienne

Chaîne humaine pour les services publics en Maurienne

devant la gare de Saint-Avre-La Chambre le samedi 2 juin à 10h30.

Après la disparition en 2010 du tribunal d’instance de Saint Jean de Maurienne, la fermeture quasi annuelle de classes en Maurienne, la réduction des horaires d’ouverture des bureaux de poste qui mène à la disparition du service, la menace pesant sur les bureaux de trésorerie, la privatisation prévue de certains barrages…

La fermeture des guichets et des locaux des gares de Saint-Avre et Saint Michel de Maurienne, la réduction des horaires d’ouverture des gares de Modane et Saint Jean de Maurienne cristallisent la question du démantèlement des services publics dans la vallée de la Maurienne, ainsi que dans la plupart des territoires ruraux de notre pays.

Le maintien comme le développement des services publics sont pourtant des conditions essentielles à l’implantation d’emplois, industriels, touristiques… à la vie d’une population jeune dans notre vallée. Le service public du chemin de fer est au cœur des luttes des cheminots. Ils se battent pour l’intérêt général, en défenseurs des territoires où le train est indispensable. Les petites lignes, les petites gares, ne peuvent rester ouvertes que dans le cadre d’un service public global qui inclut ce qui est rentable et ce qui l’est moins.

Où trouver l’argent pour donner du souffle aux services publics ? S’ils bénéficiaient pour leurs emprunts des mêmes conditions que les banques ― à qui la Banque Centrale Européenne prête actuellement 760 milliards d’euros à des taux compris entre 0 % et -0,4 % pour des prêts à échéance de 4 ans ! les services publics auraient les moyens de faire aujourd’hui les dépenses qui leur permettraient de se développer, d’accroître les richesses produites dans le pays, et ainsi de rembourser, progressivement, une dette qui deviendrait alors utile et efficace. Ils auraient les moyens d’une gestion démocratique, plus proche des usagers et de leurs besoins, travaillant à la transition écologique. Il faut un choix politique très fort : sortir de la logique des marchés et de la finance toute puissante !

L’association « Trait d’union » invite :

  • les citoyens,
  • les Organisations Syndicales,
  • les partis politiques,
  • les élus,
  • les associations,
  • et tous ceux pour qui l’avenir de la Maurienne importe

à former devant la gare de Saint Avre une chaîne humaine pour défense des services publics et le refus d’une société exclusivement tournée vers le profit. Nous engageons chacun des participants à en devenir co-organisateur et à y prendre la parole.

Rendez-vous à 10h30 le samedi 2 juin devant la gare de Saint Avre.

La chaîne humaine sera suivie d’un apéritif citoyen.

Partagez cet article